اخبار دولية

L’exode des soudanais : une réconciliation impossible avec l’anonymat du destin

Les tambours de la crise continent de clignoter, le quotidien des guerres au monde tracasse la positivité des êtres humains vue le nombre croissant des confrères affolement mort à travers le monde pour des raisons principalement politiques. Cette guerre clamer et glorifier par plusieurs antagonistes et fondateurs de la philosophie belligérante défendant ces bienfaits et militant surtout pour son maintien à travers l’histoire. Aujourd’hui encore, la pratique mondiale montre les limites de guerre, les manifestations humaines atteignent des records sans précédent via le nombre illimité des personnes morts dont la plupart sont des jeunes, vieux ou démunis. La quête du pouvoir est un jeu illimité, un labyrinthe n’ayant ni début ni fin dont les conséquences sont vachement dangereux.
En Afrique et dans un pays connu pour la richesse de sa culture et histoire et surtout pour sa fameuse source du deuxième plus long fleuve au Monde le Nil à travers sa fabuleuse et éblouissante source du lac de Victoria, ce Soudan déchiqueté entre plusieurs groupes ethniques et dont les marasmes et ébranlements politiques et sociales ne cesse d’accroitre. Aujourd’hui et loin du contexte politique nouveau qui sera discuté plus tard, la vue portera sur la crise humaine du peuple soudanais qui a choisi l’exode dans tous les sens afin de chercher une vie meilleure dans d’autres cieux.
La trêve peut-elle réparer les dommages moraux et matériels causés à ce peuple ? Certainement pas, surtout que la page de la crise entre les deux généraux n’a pas totalement cessé, et d’autres scénario instable s’affiche dans le proche horizon poussant ainsi des milliers de personnes à quitter définitivement leur patrie chérie vers un l’inconnu et l’anonymat qui parait selon le contexte actuel plus stable que celui de leur pays d’origine.
Dans ce contexte, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a alarmé l’opinion internationale que plusieurs civils poursuivent à une échelle alarmante leurs exode, information confirmé plus tard par l’Organisation Internationale de Migration qui à estimer que plus de 4,6 millions de personnes ont pris la fuite totale de leur propre foyer au Soudan. Cependant, cette crise ne vient que d’amorcer, deux millions d’enfants ont été contraints de quitter leur foyer depuis que le conflit au Soudan a éclaté il y a quatre mois, soit une moyenne de plus de 700 enfants déplacés, chaque heure. Ce chiffre alarmant interpelle l’opinion internationale qui atteste à une crise humaine sans précédent dans ce siècle. Le scénario des syriens va reprendre ces pédales mais cette fois la destination est orientée principalement vers les pays d’accueil africains et du moyen orient qui persévèrent pour garder la décence de leur vie quotidienne et dont les politiques corrompus empoisonnent le système, la vocation européennes n’est pas au rendez-vous sauf rarement pour les soudanais qui, et en cas de persistance de la situation actuelle assisteront à un effondrement moral sans précédent dont seul une volonté féroce et ferreuse peut affronter les prétendues conséquences.
En plus 270000 personnes ont pris la fuite vers le Tchad et au Soudan de Sud d’après l’Agence de l’ONU pour les réfugiés. Situation assez inquiétante pour l’opinion publique. L’exode actuel des soudanais s’expliquent par plusieurs données dont réside également et en plus du cadre général dont est situé le pays actuellement par la faim qui risquent aujourd’hui de détruire le pays, une catastrophe régionale et humaine sans précédent qui nécessitent l’intervention de plusieurs acteurs internationales afin d’éviter cette mort anesthétique de ce peuple.
Le résultat d’affrontements entre deux courants de pensées différentes amènent à une guerre, les généraux du Soudan décident de ne pas repenser et écrire leur histoire ni de profiter des richesses de leurs patrie. Les décisions mal prise ne sont pas étroitement mesurées et leurs décideurs ne décident finalement que de faire subir à leurs compatriotes des crises humanitaires et humaines sans précédent, laissant ainsi place à la vulnérabilité et attaque. Solution économique pour les uns et idéologique pour les autres, mais les conséquences ne différent nullement. Dans le livre de la déraison souriante de son auteur Robert Sabatier énonçant que La paix est un chant, la guerre est un long hurlement parmi des cris. Or, le monde est face à une vocifération alarmante et affolante : la mort graduelle du Soudan est sur ces derniers rails dont seuls les jours à venir détermineront les horizons probables. Espérons que la clémence gagne !
BENLHAJ CHAIMAE
28/08/202

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى